seez pano

  FACEBOOK    YOUTBE logo mini DON

JeunesVocation

Jeunes et Vocations

 VosQuestions
Vos Questions

 Camera

Contact

 Newsletter

Newsletter

 EgliseDansOrne

L'Eglise dans L'Orne

 WebTV

Web-TV

 Radio

Radio

JeunesVocation

Jeunes et Vocations

VosQuestions

Vos Questions

Camera

Contacts

Newsletter

Newsletter

EgliseDansOrne

L'Eglise dans L'Orne

WebTV

Web-TV

Radio

Radio

JeunesVocation

Jeunes et Vocations

VosQuestions

Vos Questions

Camera

Contacts

Newsletter

Newsletter

EgliseDansOrne

L'Eglise dans L'Orne

WebTV

Web-TV

Radio

Radio

Le diocèse de Séez a vu naître ou vivre un certain nombre de saints ou grandes figures spirituelles. Retrouvez les portraits de certains d'entre eux :

Saint Latuin (5ème siècle)
Sainte Céronne (morte en 490)
Saint Lhômer (mort en 593)
Saint Evroult (627-706)
Bienheureuse Marguerite de Lorraine (1463-1521)
Saint Jean Eudes (1601-1680)
Armand de Rancé (1626-1700)
Jean Bazin (1767-1855)
Saints Louis (1823-1894) et Zélie Martin (1831- 1877)
L'abbé Paul Buguet (1843-1918)
Léonie Martin (1863-1941)
Thérèse Martin (1873-1897)
André (1919-1944) et Roger Vallée (1920-1944)
Marcel Denis (1919-1961)
Jean Guth (1939-2002)

LatuinLatuin est sûrement, au Vème siècle, le premier évêque de Séez. A quelques mètres de la cathédrale actuelle, il donnait le baptème chrétien dans l’Orne.

Honoré comme le premier évêque de Séez, il connut les heures difficiles des pionniers : l'incrédulité et la persécution.

La tradition raconte qu’à son arrivée à Sées, Latuin se réfugia chez une personne veuve dont la fille était aveugle de naissance et il la guérit. Ce qui lui valut une solide réputation de thaumaturge. Confronté à l’hostilité des milieux religieux païens, il se retire dans la forêt de Clairay (Belfonds) où il bâtit un oratoire à proximité d’une fontaine. Là, il poursuivait sa mission d’évangélisation.

La légende raconte que Latuin, retiré dans son ermitage, guérissait les paralytiques, les sourds et les maladies de peau. L'épouse du gouverneur de Sées en tomba amoureuse, et mourut folle de se voir repousser.

Latuin est vénéré dans divers endroits : Batilly, Canapville, Bailleul, etc. à Belfonds, existe une fontaine où les malades venaient se plonger, en laissant ensuite les linges qui leur avaient servi à s'essuyer accrochés à la grille qui l'entoure

Saint Latuin est fêté le 20 juin.

Sainte Céronne 2

 
Sainte Céronne naquit à Corneilhan près de Béziers dans une famille païenne. Elle découvrit le Christ et voulut entraîner son frère à sa suite. Ils quittèrent tous deux la maison familiale pour aller jusqu'à Bordeaux, où l'évêque les instruisit et les baptisa.

Accusés quelque temps après de n'être pas frère et sœur, mais de cacher ainsi des mœurs dépravées, ils prirent la résolution de se séparer.

Le frère partit à Rome aux tombeaux des Apôtres et c'est là qu'il termina son pèlerinage terrestre. Céronne, sa sœur, s'en fut dans le diocèse de Séez où l'évêque saint Hile l'accueillit.

Ste Céronne fait partie des premiers évangélisateurs du Perche...

La dépouille de Sainte Céronne aurait été dissimulée par crainte des envahisseurs, puis oubliée durant trois cents ans. Ce serait seulement au IXe siècle que l'évêque de Sées, Adelin, suite à des visions, aurait fait procéder à des fouilles en plein champ et découvert un sarcophage contenant le corps de Céronne et un récit de sa vie ou une tablette mentionnant le nom de la sainte.

La Vie latine de Sainte Céronne fut écrite entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIe siècle, mais son culte ne fut célébré localement qu'à partir du XIXe siècle.

Considérée comme la plus ancienne chrétienne connue du Perche, elle a donné son nom à la paroisse de « Sainte Céronne au Perche.

Sainte Céronne est fêtée le 16 novembre.

Plus de détails sur la page Wikipedia qui lui est consacrée.

Saint Évroult abbatiale de Thiron Gardais Eure et Loir FranceÉvroult d'Ouche ou Saint Évroult, aussi noté Evroul, Evrou, variante Yvrou au Moyen Âge, est né à Bayeux en 627 et mort à Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois, le 29 décembre 706. Il est fêté le 29 décembre.

Il était un officier de Childéric II. Avec son épouse, ils décidèrent de vivre séparément et d'embrasser, chacun de son côté, la vie monastique. Il rejoignit le monastère des Deux-Jumeaux (Bayeux), puis fonda l'abbaye d'Ouche (d'après le nom du pays d'Ouche) qui devint l'abbaye de Saint-Évroult.

Ses reliques furent dispersées entre plusieurs lieux de culte à partir du XIIe siècle. Elles ont été portées à Orléans après le partage de la Normandie. Un pèlerinage a été créé en son honneur, au village de Pré-Saint-Évroult (Eure-et-Loir).

Saint Évroult était invoqué pour des maladies cutanées, des hémopathies, la fièvre, la folie, la protection des troupeaux, et aussi les éruptions de boutons cutanés qui étaient justement nommés « fleurs de Saint Yvrou ».

Saint Evroult est fêté le 29 décembre.

StLhomer4bLhômer (ou Laumer), ermite venant de Chartres, après avoir cheminé par Belhomer et le Pas St Lhomer, fonda en 575 le monastère de Corbion

Fils d’un laboureur des environs de Chartres, instruit et ordonné prêtre par l’évêque, qui le nomma son économe.

Mais sa vocation était la solitude et la prière. Remontant à pied la vallée de l’Eure, il vint se retirer en 558 en ce lieu perdu dans la forêt, qui couvrait toute la région au Moyen Age.

Quelques compagnons se joignent à lui pour partager sa vie d’ermite.

Et, en 575, Lhômer va fonder, non loin de là, le monastère de Corbion, qui devint plus tard Moutiers au Perche, où il adopte la règle de saint Benoît : la joie profonde d’une existence austère, partagée entre la prière, l’étude, les offices chantés et les travaux manuels.

Ce monastère attire des habitants des environs qui se mettent sous sa protection, en cette période souvent troublée par les guerres et les épidémies.

Rappelé à Chartres, où il meurt le 19 janvier 593, Lhômer est enterré à côté de saint Lubin, qui avait été le grand évêque évangélisateur de ce diocèse. Mais ses moines vinrent enlever subrepticement le corps de leur saint abbé pour le ramener au monastère.

Trois siècles plus tard, fuyant les incursions des Normands, ils emportèrent ses précieuses reliques au Mans, puis à Blois, où fut édifiée la grande abbaye bénédictine de Saint-Laumer (l’ancienne abbatiale romane est devenue l’église Saint-Nicolas de Blois).

A la Madeleine-Bouvet se trouve une grosse pierre creuse de 6 mètres de long appelée "fontaine St Lhômer " : avec l'eau, Lhômer guérissait des fièvres.

Il s’agit d’une Grosse Pierre, en fait un énorme bloc de pierre dure, comme on en trouve dans cette région, up peu surélevé par rapport au niveau du champ. Elle comporte un trou, peu important par rapport à l’importance de la surface visible de la pierre. On dit qu’il est perpétuellement rempli d’eau. D’après la légende, cette eau avait le pouvoir de guérir les fièvres et les douleurs aux jambes.

Tout y est calme. C’est un trou de verdure oublié où chantent le vent et les oiseaux, où l’eau scintille doucement sous les feuilles d’arbres.

On raconte encore que, dans le village du Pas-Saint-L’homer, une pierre dans la sacristie de l’église aurait gardé la trace de son « pas », par lequel il aurait ordonné le lieu de la construction de cette église vers 558. Les vitraux en racontent l’histoire.

Saint Lhômer est fêté le 19 janvier, jour où il rendit l’âme, âgé dit-on, de plus de 100 ans.

Source : https://sainteanneduperche.com/emplacements/eglise-du-pas-saint-lhomer/ et https://www.rizes.cloud/index.php/fr/familles/lhomer/164-on-raconte-que-saint-lhomer

Bienheureuse Marguerite de LorrainePetite-fille du bon roi René et aïeule de Henri IV, la bienheureuse Marguerite de Lorraine est née en 1463 au château de Vaudémont et morte en 1521, à Argentan dans le duché d’Alençon.

Marguerite était la petite fille du Roi René d’Anjou et la sœur du duc de Lorraine René II.

Mariée à 25 ans au duc d’Alençon, elle donna la vie à trois enfants. Devenue veuve très jeune, elle hérita du gouvernement du duché jusqu’à la majorité de son fils aîné. Elle fut un remarquable chef d’État et rétablit les finances ruinées de son duché et réforma la justice… tout en élevant ses enfants. De même, elle s’employa à ramener la paix et l’unité dans le diocèse de Séez (Orne). Fascinée par saint François et sainte Claire d’Assise, Marguerite accorde beaucoup d’attention aux pauvres et aux malades, les sert volontiers et fonde pour eux un hôpital à Argentan. En 1520, quand son fils aîné accède au trône ducal, Marguerite se retire chez les clarisses d’Argentan, couvent qu’elle avait fondé en 1498, et y mourut en 1521, en odeur de sainteté.

Lire la suite...

Carte interactive
1
février

Messe chaque jour en direct

Chaque jour, à 8h30 depuis le monastère des clarisses d'Alençon ici, ou à 8h00 depuis le sanctuaire ND de Montligeon ici.(11h00 le dimanche).

9
mai

MESSE du dimanche en direct vidéo

Messe chaque dimanche à 11h00 depuis la basilique d'Alençon ici, ou depuis la basilique ND de Montligeon ici, et à 8h30 depuis le monastère des clarisses à Alençon ici.

13
mai

Week-end de l'Ascension en famille

Venez vivre un temps de vacances spirituelles en famille au sanctuaire de Montligeon, pour allier détente, formation et prière.

17
mai

Perche Verrières Espérance en virtuel - mai

Groupe oecuménique de prière et de partage de vie dans le Perche sud. Rens. au 06 74 29 50 43

19
mai

Marguerite de Lorraine et autres princesses aux destins comparables.

En direct vidéo ici, conférence inaugurale de l'Année Marguerite de Lorraine par Pierre Moracchini (Ecole franciscaine de Paris, rédacteur en chef de la revue Etudes franciscaines, Bibliothèque franciscaine des Capucins) :

20
mai

Année Marguerite de Lorraine - Exposition à Sées

Décalée pour cause de pandémie, à partir du 20 mai à la cathédrale : la vie de la Bienheureuse, ses représentations dans le diocèse (vitraux, sculptures, peintures), les manuscrits du chanoine Blin et autres imprimés (une trentaine d"ouvrages exposés). Plus d'infos :